Jeudi 9 septembre: cour d'appel d'Aix-en-Provence

Publié le par Alternatifs06 pays de Grasse

MOBILISATION
JEUDI 9 SEPTEMBRE 2010 À 14 H
  DEVANT LA COUR D'APPEL D'AIX-EN-PROVENCE
CONTRE LE NON-LIEU SCANDALEUX
PRONONCÉ EN FAVEUR
DES RESPONSABLES DE LA MORT DE HAKIM AJIMI


 Après deux ans de procédure judiciaire, pourquoi les juges d¹instruction du
tribunal correctionnel de Grasse concluent-elles l¹information judiciaire
par un non-lieu favorable aux deux agents de la Brigade Anti Criminalité
(BAC) responsables de la mort de Hakim AJIMI ? Alors que, parallèlement, des
agents de la police nationale et de la police municipale sont mis en examen,
les agents de la BAC jouissent-ils d¹un statut particulier ?

 Il y a deux ans déjà, le 9 mai 2008 à Grasse, en plein jour, en plein
centre-ville, Hakim AJIMI est mort, suite à son interpellation par la
police. Interpellé dans la rue, Hakim n¹est ni armé, ni dangereux, ni même
menaçant. Sous les yeux de nombreux témoins, il est immobilisé par deux
agents de la BAC, rejoints par des officiers de la police municipale et
nationale. Pieds et mains menottés, ventre contre terre, Hakim subit durant
15 à 20 minutes une clé d¹étranglement (dont l¹usage est condamné par la
Cours Européenne des Droits de l¹Homme) associée à une violente compression
thoracique et à de violents coups de poings et coups de pieds. Voyant l¹état
critique du jeune homme, des passants tentent d¹intervenir. En vain. Hakim
AJIMI est mort, il avait 22 ans.

 En octobre 2008, les deux juges d¹instruction du tribunal correctionnel de
Grasse ont placé, contre toute logique, les deux agents de la BAC
responsables de la mort de Hakim en position de témoins assistés. Le 5 mai
2010, suite à l¹appel de la partie civile, elles récidivent en concluant
l¹information judiciaire par un non-lieu, ignorant tous les éléments à
charges contre ces deux agents :
·              faisant fi des vingt témoins oculaires dénonçant les méthodes
barbares employées par la police sous leurs yeux et ayant causé la mort de
Hakim;
·              faisant fi de l¹expertise médicale explicitant une mort lente
et douloureuse par asphyxie mécanique;
·              faisant fi des procès verbaux des agents de la BAC et de la
police ne démentant ni la durée de l¹étranglement ni l¹inertie du corps au
moment de son transfert au commissariat;
·              faisant fi de la requête du procureur de la République
demandant la mise en examen pour avoir « causé la mort de Hakim par
maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une
obligation de sécurité »;
·              faisant fi de l¹ordonnance de la Chambre d¹instruction
d¹Aix-en-Provence de fournir un supplément d¹information « aux fins de mise
en examen des  deux policiers pour homicide involontaire et non assistance à
personne en péril;
·              faisant fi du rapport accablant de la Commission Nationale de
Déontolgie de la Sécurité, qui s¹indigne de « l¹inhumanité » des policiers,
dénonce  « l¹abus inutile de l¹usage de la force », et demande des sanctions
disciplinaires contre les agents impliqués.

 Le comité de soutien Vérité et Justice pour Hakim dénonce l¹alimentation
d'un corporatisme aveugle et dangereux et le maintien d¹un climat délétère
par les deux juges d¹instruction du tribunal correctionnel de Grasse. Il
¦uvre, avec détermination, pour faire triompher la vérité et pour que
justice soit rendue.



Vérité et Justice pour Hakim
tél: 06 61 47 39 17
mail: comitedesoutienpourhakim@gmail.com
<mailto:comitedesoutienpourhakim@gmail.com>

Publié dans solidarité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article