Conseil municipal du 31 mars 2011 à Grasse:

Publié le par Alternatifs06 pays de Grasse

 

 

 

 

 

 

DEVELOPPEMENT DURABLE

REALISATION D’UN PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL

 

 

 

Intervention de Marcelle Monzeglio

Conseillère municipale, groupe ˝Grasse à Tous˝

 

Le plan climat- énergie territorial (PCET) a comme finalité première la lutte contre le changement climatique. Il est une obligation dans le cadre de la loi Grenelle (29 juin 2010).

Ma première remarque concerne donc le Grenelle et le bilan que l’on peut commencer à en tirer.

Je citerai le Réseau Action Climat qui pointe trois chapitres clés du Grenelle : taxe carbone, transports, énergie où l’ambition affichée des projets de départ n’a pas été suivie d’effets et concluant à l’absence de mesures de rupture structurantes et réellement efficaces.

 

Notre inquiétude est donc que le PCET ne suive cet exemple, d’écart entre projet et efficacité.

Les deux objectifs du plan : « atténuation » et « adaptation », amènent des questions.

Concernant le premier, il s’agit de limiter, je cite, l’impact du territoire sur le climat et de réduire les émissions de gaz à effet de serre (perspective : diviser par quatre les émissions d’ici 2050) ;

Quelle est la cohérence avec le projet de Centre de Valorisation Energétique (communément appelé incinérateur) dont on sait qu’il rejette pour une tonne brûlée un tonne de CO2 ? Quand à la liste des autres produits rejetés dans l’air, quelle que soit la qualité des filtres, je vous en épargne la liste, qui comporte même de la dioxine.

Il est évident que pour arriver à une véritable réduction des émissions, il faut avoir la volonté politique de changer de cap, et ne  pas créer de nouvelles nuisances.

 

Concernant le deuxième, il s’agit de réduire la vulnérabilité du territoire au changement climatique, dont les impacts ne pourront être évités. je prends l’un des points clés , il y en a beaucoup d’autres.

Ferez-vous le choix de stopper les projets immobiliers, commerciaux et industriels sur les terres agricoles. Ces terres agricoles qui restent encore disponibles, y- aura-t-il enfin la volonté de les rendre à leur destination et de lancer un projet d’extension des zones de production vivrières ? Les moyens existent pour acheter ces terrains, pour les exploiter, et en prime, pour créer des emplois.

Alors, oui au plan climat énergie territorial si ce n’est pas une structure de plus, pour donner l’impression qu’on tient compte des problèmes à venir. Mais si le choix de développement économique, de production, de gaspillage de matières premières, de terres fertiles (à l’échelle planétaire ) n’est pas remis en cause, nous continuerons à pointer les incohérences entre les Grenelle, PCET et autres agendas 21 et la réalité sur le terrain

La détérioration du climat et des conditions de vie sur la planète continueront elles de se dégrader, sur l’ensemble de la planète.

 

Pour suivre les interventions du groupe Grasse A Tous, cliquez sur le lien:

 

Publié dans écologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article