Asslan, 26 ans, mort pour rien

Publié le par Alternatifs06 pays de Grasse

Asslan, 26 ans, mort pour rien
  
Les associations signataires se joignent à la famille d'Asslan pour appeler à la
Marche silencieuse à la mémoire d'Asslan
ce dimanche 12 juin à partir de 10 h
 
Rassemblement devant la basilique Notre-Dame,
avenue Jean médecin - NICE


    Asslan, comme de nombreux autres Tchétchènes a fui la guerre, les exactions des forces armées russe et tchétchène, une situation désespérée et très dangereuse pour lui. Il était parvenu à obtenir son statut de réfugié et travaillait dur (deux boulots simultanés). Il avait "deux rêves" s'intégrer ici, avoir un travail et un appartement à lui et se marier, fonder une famille. Il était sur le point de les réaliser tous les deux puisque son mariage était prévu début juillet et qu'il venait enfin d'obtenir l'attribution d'un HLM dans lequel il devait entrer fin juin.


    Pour d'étranges raisons auxquelles nous ne croyons guère: "l'existence d'une prétendue cellule terroriste dans son appartement", sa vie s'est brutalement fracassée sur le dur bitume au pied de son immeuble, une dureté à l'image de ce qu'est devenue notre société.


    Toutes les questions que posent cette intervention policière devront être très rapidement soulevées et nous exigeons d'ors et déjà de savoir à la fois ce qui s'est passé et quels sont les éléments qui permettent de coller l'étiquette de terroristes, maintes fois répétée dans la presse, sur les jeunes gens qui habitaient cet appartement. Toutefois, il nous semble que le drame et l'injustice fait à Asslan exigent que d'abord un hommage, le plus grand possible, lui soit rendu.


    Au travers de cet hommage, nous tenterons de rendre sa dignité à Asslan, mais aussi à toute la communauté Tchétchène de Nice, si souvent stigmatisée dans la dernière année et trop souvent par des déclarations des plus hautes autorités de cette ville ou de ce département.


    Associer à nouveau les Tchétchènes de Nice au "terrorisme" est inacceptable, comme toutes les autres formes de discriminations que les plus hautes autorités de notre pays multiplient dans la dernière période.


    Accuser publiquement des personnes d'être des "terroristes", sans apporter la moindre preuve et au mépris de la présomption d'innocence est tout aussi inacceptable.


Nice le 10 juin 2011

Appel soutenu par (première liste de signataires) :
CIMADE, Collectif Résistances en Roya, COVIAM, Enfants de Don Quichotte 06, Habitat & Citoyenneté, LDH Nice, MRAP Nice/Grasse, NICEA, Vie et Partage et des citoyen-nes membres de RESF.

Publié dans solidarité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article