Communiqué de RESF:

Publié le par Alternatifs06 pays de Grasse

Communiqué RESF 06 et RESF 13    Jeudi 6 août 

 

LA FAMILLE PALADAR LIBEREE, ON CONTINUE, LIBERTE POUR LA FAMILLE SANTOS! 

 

La famille Paladar a été libérée le 4 août pour vice de forme par la Cour d'Appel d'Aix. C'est un soulagement mais nous regrettons que les juridictions marseillaises n'aient pas jugé comme dans d'autres villes que le placement d'un enfant dans un centre de rétention était un "traitement inhumain". 

 

La famille Santos reste quant à elle au centre de rétention du Canet à Marseille car la Cour d'Appel d'Aix ne s'est pas opposée à son maintien en rétention. Elle risque a tout moment d'être expulsée par avion à 11 000 km de son domicile. 

 

La famille SANTOS, originaire des Philippines, habite en France depuis  presque 10 ans où elle s'est très bien intégrée. Ils travaillent comme homme et femme de ménage pour des cannois. Véta, leur fille de 5 ans est née ici. Elle est scolarisée à Cannes et a été très choquée de trouver les policiers à 7h du matin à son domicile l'emmener avec ses parents vers une cellule de commissariat, pour ensuite arriver au Centre de Rétention du Canet à Marseille. Elle a assisté aux audiences devant le Juge des libertés en comprenant l'ampleur de ce qui se jouait pour elle et sa famille, disant à la fin de la première audience à sa mère : "on est perdu". Contactée par Radio France sur la cabine du C.R.A. du Canet, Mme Santos a exprimé sa colère : "c'est pas la place d'une petite fille ici".   

 

Nous ne laisserons pas partir la famille Santos! Des manifestations à Nice et à Marseille ont rassemblé un grand nombre d'associations et de citoyens révoltés par ces arrestations. La population niçoise et marseillaise a été informée par une diffusion massive de tracts.

Des réclamations ont été envoyées à la Défenseure des enfants Dominique Versini.

La Commission Nationale de Déontologie et de Sécurité (CNDS)a recommandé en 2008 l'inscription dans la législation de l'interdiction absolue de placer des mineurs dans un local de rétention administrative. Une saisine de cette autorité est envisagée

Par nos fax, nos mails et nos appels téléphoniques, continuons à rappeler au Préfet Lamy (voir coordonnées ci-dessous) et au ministre Besson une évidence très basique : une prison n'est pas un endroit pour envoyer des enfants passer leurs vacances. Continuons à leur rappeler ce que dignité veut dire, à savoir pour les sans-papiers, vivre enfin normalement, comme tout un chacun, avec papiers!
Ecrivons aussi la Présidence de la République (modèle de lettre ci-dessous).

 

Exigeons la libération et la régularisation des familles enfermées à Marseille, Metz et Toulouse! 

Ces familles travaillent ici, vivent ici, doivent rester ici! 

 

RESF 06 et RESF 13

 

Contact : 06.31.32.48.65 

resf13@no-log.org

Publié dans solidarité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article