Etats généraux en Guadeloupe:

Publié le par Alternatifs06 pays de Grasse

Outre-mer : Elie Domota laisse planer le doute sur sa participation aux Etats généraux

Le leader du LKP s'interroge dans " Le Monde " sur le sens de cette réunion t

 

 

Début avril va commencer la mise en place des Etats généraux destinés à résoudre l'ensemble des problèmes auxquels les départements d'outre-mer sont confrontés. Il s'agira de " poursuivre la réflexion sur la fixation des prix, la transparence des circuits économiques (...), mais aussi la gouvernance, le dialogue social, la mémoire et l'identité, l'égalité des chances... ".

Dans quelques jours, des ateliers locaux commenceront à travailler sous la responsabilité d'un préfet ad hoc. Le président de la République, Nicolas Sarkozy, devrait se rendre aux Antilles dans la troisième semaine d'avril. Il entend prendre connaissance des revendications de la population et avancer des solutions. Une synthèse des travaux sera ensuite réalisée à Paris et devrait être finalisée à la fin du mois de mai ou début juin.

Porte-parole du LKP (Collectif contre l'exploitation), le mouvement qui a mené la plus longue grève de l'histoire de la Guadeloupe (20 janvier-4 mars), Elie Domota a répondu aux questions du Monde. Il exprime des réserves sur la volonté du gouvernement de changer réellement les choses et laisse planer le doute sur la participation de son mouvement aux Etats généraux. " Les Guadeloupéens, dit-il notamment, posent le problème de la ségrégation sociale, et le gouvernement leur répond évolution statutaire. Au problème de la domination d'une communauté sur toute la population, il répond atelier sur la formation des prix. Face au racisme à l'embauche, il propose une réunion sur le dialogue social... "

M. Domota sait que si cette négociation devait se tenir en l'absence du LKP, elle perdrait une grande partie de son sens.

 

Le monde du 24 mars 2009

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article