Nice "sécurisée"?

Publié le par Alternatifs06 pays de Grasse

 
Les ALTERNATIFS
solidarités - écologie - féminisme - autogestion
Fédération des Alpes-Maritimes
 
 

Nice "sécurisée" ?

 

    "Les Alternatifs des Alpes-Maritimes se réjouissent qu'à Nice, samedi 17 janvier, malgré l'interdiction préfectorale de manifester pour l'arrêt de l'agression israélienne à Gaza, malgré l'impressionnante force policière sur le pied de guerre, un rassemblement pacifique d'une soixantaine de personnes représentatives de la diversité de la solidarité avec le peuple palestinien a pu se tenir à l'heure et sur le lieu prévu, quai des États-Unis.
   
    D'autre part, et malgré les insupportables contrôles au faciès, avec fouille au corps et prise de photos, qui se sont déroulés tout l'après-midi dans le centre-ville, 400 à 500 jeunes ont réussi à manifester brièvement sur l'avenue et sur la place Masséna, avant qu'une partie d'entre-eux commettent les dégradations montées en épingle par la presse et la droite locale.
 
    Les Alternatifs des Alpes-Maritimes constatent qu'il est ainsi démontré que ce n'est pas suite à une supposée "incapacité" du service d'ordre des organisateurs de la grande manifestation du samedi précédent que peuvent être imputables les incidents du centre-ville, mais bien plutôt aux frustrations engendrées par les interdictions qui veulent empêcher toute légitime expression publique!
 
    Les Alternatifs des Alpes-Maritimes condamnent les restrictions au droit à cette expression : trajets de manifestation éloignés des quartiers centraux, quand ce n'est pas interdiction totale de manifester ; interdiction de tenir même une simple conférence de presse.
    Les Alternatifs des Alpes-Maritimes dénoncent la campagne de presse faisant monter la tension tout au long de la semaine.
    Les Alternatifs des Alpes-Maritimes dénoncent les déclarations des leaders politiques de la droite locale souhaitant l'interdiction totale des manifestations, la suppression des allocations familiales aux parents d'enfants identifiés comme "casseurs" et lançant des injonctions à la Justice quant aux peines à infliger!
    
    Ce n'est pas en accumulant frustrations, humiliations, provocations et menaces que l'on crée les conditions du vivre ensemble."

 

 

pour la coordination départementale des Alternatifs
Bruno Della Sudda, porte-parole départemental
Nice, le 19 janvier 2009

Publié dans International

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article