Récréation agitée pour les lycéens de l'Amiral-de-Grasse!

Publié le par Alternatifs06 pays de Grasse

Article paru dans Nice-Matin, édition du 9/01/09

Récréation agitée pour les lycéens de l'Amiral-de-Grasse, dispersés à coups de gaz lacrymogène, hier !

À 10 heures, quelque 150 élèves profitent de leur quart d'heure de pause pour bloquer le rond-point des Chasseurs alpins sous les fenêtres du commissariat, afin de protester contre le projet national de suppression de postes dans l'Éducation nationale. Poubelles renversées sur la chaussée, ils bloquent la circulation.

Un désordre qui fait mauvais genre et pas franchement du goût du sous-préfet Claude Serra et de la commissaire Véronique Morandi qui attendent, d'une minute à l'autre, Francis Lamy, préfet des Alpes-Maritimes, venu visiter le nouveau commissariat !

Quatre policiers tentent alors de disperser les manifestants. En vain. Gilet de police sur le dos, la commissaire Morandi déboule pour leur prêter main-forte. Tente d'arracher le mégaphone des mains des leaders de la manif. Le ton monte, les lycéens résistent. L'un des policiers dégaine alors sa bombe lacrymogène et arrose copieusement les lycéens, obligés de reculer. On tousse, on se frotte les yeux.

Riposte policière disproportionnée ?

Une riposte que certains témoins ont trouvée disproportionnée et excessive face à des lycéens déterminés, mais non belliqueux.

Mégaphone - confisqué - en main, la commissaire Morandi ordonne alors aux élèves de regagner leur établissement. Sous les yeux de dizaines d'élèves qui assistent à la scène depuis la cour du lycée qui domine le rond-point. La récréation est finie.

« Nous allons certainement lancer des procédures pour entrave à la circulation. C'est inadmissible ! Il suffit d'un blocus comme celui-là pour paralyser la ville », commente le sous-préfet. « Il n'y avait aucune personne majeure pour encadrer la manifestation, il ne faut pas exagérer, ajoute la commissaire. Je ne comprends pas comment on peut laisser des jeunes faires ça dans la rue. C'est très dangereux ! Un automobiliste en colère aurait pu leur rouler dessus. »

Prévenus pourtant des intentions lycéennes, les services de police n'imaginaient pas que la jeunesse bloquerait le carrefour.

Côté manifestant, la bombe lacrymogène n'a pas refroidi les esprits. Bien au contraire. Après avoir regagné calmement les salles de classes, certains admettaient volontiers que la prochaine fois, ils ne « se laisseraient pas faire ! »

Fab.p Et R. P.

Quelques remarques:

Les embouteillage, aux carrefours d'entrée de la ville, n'ont malheureusement pas besoin de manifs lycéennes pour bloquer la circulation !

Les lycéens ont averti les autorités, ils peuvent s'exprimer, manifester , sans "l'encadrement" d'adultes. Ces mêmes adultes, parents, enseignants, citoyennes et citoyens, sont nombreux à les soutenir et à lutter avec eux contre la casse de tout le système scolaire.

Nous constatons l'efficacité du système répressif grassois, quand l'ordre est menacé par des groupes de lycéens dont le principal danger  qu'ils véhiculent sont leurs idées.

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Estrosi au JT, qui dit que les jeunes qui manifestent ne savent pas pourquoi et n'ont même pas lu le texte de loi...que ce gouvernement méprisant continue, il aura toute la jeunesse et les adultes à dos !!
Est-ce qu'il a consulté les chiffres pour les jeunes, maître Estrosi ? « 19 % des actifs de moins de 25 ans sont au chômage contre 5 % des 50 ans et plus »« Concrètement, la part la plus inquiétante de ce taux de chômage est celle des jeunes qui a augmenté de 18.4% au second trimestre, puis de 18.9% au troisième. Mme Lagarde a précisé que lorsque la proportion de sans emploi dans cette population-là était en forte hausse de cette ampleur, cela était le signe d’un « processus » de dégradations à venir - jeudi 4 décembre 2008 » « En France, aujourd’hui, la moitié des emplois créés sont des emplois à temps partiel ou à durée déterminée"
"En France 5 millions de personnes, à des degrés divers, manquent d’un emploi, ce qui représente environ 20% de la population active" : http://www.redistribution.fr/index.php?2007/05/18/2-introduction
Les jeunes sont des ignards qui ont vraiment tort de s'inquiéter ! Maître Estrosi qui ignore les chiffres. Sans parler en plus du projet national de suppression de postes dans l'Éducation nationale et des conséquences sunies par les classes moyennes et surtout populaires...(Voir article N°280 Journal Alternatifs p7 "La jeunesse dans le capitalisme actuel")
Répondre