Service minimum dans les écoles de Grasse!

Publié le par Alternatifs06 pays de Grasse

 

Les ALTERNATIFS

solidarités - écologie - féminisme - autogestion

 

 

La mairie de Grasse et son sénateur - maire, ont décidé d’appliquer la loi du service minimum, instaurée par Nicolas Sarkosy en août 2008,.

L’appel aux parents, aux retraités territoriaux, est un échec. Il démontre les limites matérielles et le contenu démagogique du service minimum.

Je constate avec satisfaction, que la majorité des parents d’élèves et leurs représentantes, représentants aux conseils d’école et à la FCPE ont conscience des objectifs des grévistes : sauver l’école publique, la qualité de l’enseignement pour tous les élèves. Ils ont pris la mesure, contrairement à l’adjoint à l’éducation, des problèmes d’encadrement, de responsabilité qui sont inhérents à la vie d’une école

La suppression de postes, celles des RASED (psychologue, rééducateurs, CLAD) programment la dégradation de l’accueil et du suivi des élèves. La mise en place du soutien, la loi sur le service minimum sont des mesures inefficaces, voire impossible à mettre en place. Ce sont des effets d’annonce, qui cachent les problèmes réels et graves de l’Education Nationale ; car c’est la « casse » de ce service public qui est orchestrée. C’est un véritable projet d’enseignement public qu’il faut défendre et construire.

La mairie de Grasse devrait avoir comme priorité les problèmes de remplacement du personnel dans les écoles plutôt que de jouer le rôle de « briseur de grève ».

 

Marcelle Monzeglio

conseillère municipale

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article