SERVICES PUBLICS A GRASSE

Publié le par Alternatifs06 pays de Grasse

 

Le maire de Grasse affirme sa volonté de maintenir des services de proximité dans le centre ville. Cette volonté s’exprime dans le Projet de Renouvellement Urbain, et dans la plupart des écrits concernant le développement de la ville de Grasse.

Ces dernières années, nous avons constaté des déplacements de services, d’administrations (Impôts, ANPE, Mission Locale ou France Télécom), qui n’ont pas gardé d’antennes dans le centre- ville, ces décentralisations se faisant vers le sud de la ville.

Même si le premier magistrat de la ville ne décide pas de tous les choix pour des structures ne dépendant pas directement de son autorité, il est de son ressort d’intervenir pour maintenir des services vitaux pour une ville et ses habitants, dans le cadre des priorités d’une politique municipale. S’il en était autrement, les annonces faites dans les projets de la ville n’auraient aucun poids ?

Nous avons été quelques élus et associations à dénoncer cette situation, ainsi que des diminutions de services, qui ont touché les Services de la Poste (diminution d’horaires, suppressions d’antennes effectives ou annoncées).

Pour EDF et GDF, nous avons été alertés, en tant qu’élus dès 2001, de la disparition programmée des services de proximité.

Nous avons été - de nouveau- quelques unes, quelques uns, à interroger le maire de Grasse et à intervenir pour le maintien de l’agence grassoise et des services d’interventions locaux.

Quelle logique commerciale, liée au développement de ce secteur du département peut-il justifier cette disparition ? Toutes les études démontrent la forte poussée démographique de la zone allant de Vence à Fayence, secteur essentiel de l’Agence du pays grassois.

 

Le désengagement d’EDF- GDF a commencé dans les années 90, par la centralisation du service Gaz sur Cannes La Bocca.. Nous avons, depuis, constaté les problèmes de délais d’intervention, particulièrement aux heures de pointe, en cas de fuite de gaz ; il reste un seul agent dépannage en poste sur le pays grassois !

A partir de 2000, la « dynamique » de diminution des services commerciaux et d’accueil s’est affirmée. Les effectifs grassois sont passés de trente agents à trois personnes, de 5 jours d’accueil du public à trois jours.

Cet été un panneau informait les usagers d’une fermeture de l’agence, sans précision.  Fin octobre, l’agence est toujours fermée ; elle n’ouvrira plus.

Cette agence intervient sur vingt deux communes autres que Grasse : pour l’axe, sud - nord, de Mouans-Sartoux à Saint- Auban ; pour l’axe est- ouest, de Tourrettes Sur Loup à Saint- Cézaire. Ce secteur réunit des zones fortement urbanisées et des zones rurales très étendues.

Les  Moyen et Haut Pays seront les plus touchés, car plus éloignés et dispersés en petites communes et hameaux.

 

Les personnes qui n’ont pas le temps ou les moyens de se déplacer n’ont plus que le téléphone comme contact. La qualité, la proximité ont été sacrifiés au profit de la « rentabilité » supposée mais surtout au profit des intérêts privés. Le Service Public EDF- GDF permettait à toutes et à tous d’accéder aux mêmes services, avec la garantie de la qualité, de la gratuité ou d’un faible coût, et avec des délais très courts. Ces services, s’appuyant sur une idée de la solidarité, humaine et financière, sont supprimés. Les usagers, la collectivité sont directement frappés par cette délocalisation.

L’agence du Pays grassois est passée en quelques années d’environ cent vingts agents à moins de soixante.

Pour 2009, il est prévu le départ du service ingénierie, ce qui pénalisera encore plus fortement les usagers, particulièrement les professionnels (artisans), en retardant par exemple les ouvertures de chantiers. Cette nouvelle « restructuration » fera tomber les effectifs à quarante personnes.

La sous- préfecture et la mairie de Grasse sont restés sourds aux alertes lancées par le syndicat CGT et les quelques élus de l’opposition conscients des graves conséquences à venir.

En dépit des discours « rassurants » de la Direction …les faits sont là aujourd’hui, et les contredisent.

Seule une forte volonté, une réaction énergique pourrait sauver l’agence et l’ensemble des services. Ils font partie d’un patrimoine qui pour les usagers ne relève pas de la nostalgie du passé, mais de la qualité de vie du présent.

 

Marcelle Monzeglio
Conseillère Municipale - Groupe Grasse A Tous

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
La volonté d'un agent d'état de développer la commune qu'elle dirige joue un rôle important. Nous espérions que nombreux sont les gens comme le maire de Grasse.
Répondre
E
En effet, le métier d'un maire consiste à développer sa commune. Il faut être nombreux un maire comme celui de Grasse. De nos jours, c'est très rare de rencontrer un agent d'état qui pense vraiment
à embellir la ville.
Répondre
F
Et bien on peut dire que la ville de Grasse a connu un meilleur horizon l’année dernière avec ce projet d’urbanisation. J’espère qu’il est en cours et que la mise en œuvre se passe comme vous avez
l’imaginez.
Répondre