21 JANVIER : gréve de la Fonction Publique

Publié le par Alternatifs06 pays de Grasse

Tract unitaire CGT / FSU
Toutes et tous dans l’action
Le Gouvernement continue à s’attaquer frontalement à la Fonction publique et
aux services publics.
Le Président de la République revendique clairement cette politique qui a
amené à supprimer plus de 100 000 emplois dans la fonction publique d’Etat
depuis 2007.
Cette politique est aggravée par les attaques contre le statut, l’individualisation
des rémunérations et la mise en concurrence des agents, les effets de la
Révision générale des politiques publiques (RGPP) et de la Réorganisation
administrative territoriale de l’Etat (RéATE) qui ont des conséquences néfastes
sur les conditions de travail des personnels et sur la qualité du service public
rendu à la population.
 L’Education nationale, déjà mise à mal par une saignée sans
précédent de ses effectifs, l’Enseignement Supérieur et la Recherche, sont
frappés de plein fouet par des réformes plus régressives les unes que les
autres.
 L’hôpital public, asphyxié par une pénurie gravissime d’emplois et
une recherche de rentabilité à tous crins, est en danger.
 Le Gouvernement fait pression sur les collectivités territoriales
pour qu’elles appliquent scrupuleusement le même dynamitage de la fonction
publique. De plus, le projet de loi sur les collectivités territoriales constitue un
recul démocratique important.
Face à la politique destructrice du
Gouvernement, les personnels organisent la résistance.

GREVES ET MANIFESTATION LE 21 JANVIER 2010
10 heures PLACE GARIBALDI


Pour les agents de la Fonction publique, des enjeux
essentiels demeurent plus que jamais d’actualité.
L’emploi
Avec un minimum - qui sera malheureusement dépassé – de 34 000
nouveaux emplois supprimés, l’année 2010 s’annonce comme la pire
dans ce domaine depuis des décennies. Au rythme actuel, entre 2003 et
2012, ce seront entre 250 et 300 000 emplois qui pourraient avoir été rayés de
la carte !
Une telle saignée, absolument sans précédent dans la Fonction publique de
l’Etat, est synonyme de graves détériorations des conditions de travail des
agents et de profondes altérations de la qualité du service public rendu. Au
bout du compte, ce sont de nouvelles privatisations qui se préparent, avec des
reculs pour toute la population.
Les salaires
La valeur du point, seul élément salarial commun à tous les
personnels de la Fonction publique, est en chute d’environ 8 % par
rapport à l’indice des prix à la consommation depuis le 1er janvier
2000. Avec les 0,5% d’augmentation prévus, valant solde de tout compte,
pour l’année 2010, la dégringolade ne peut encore que s’accentuer. En même
temps que des pertes de pouvoir d’achat considérables, ce décrochage
provoque une véritable « smicardisation » de tous les traitements.
1 exemple suffit à le démontrer : en catégorie C, au bout de 7 ans
d’ancienneté, on ne gagne que 15 euros de plus que le SMIC. Les mises en
oeuvre du salaire au mérite individuel et de l’intéressement collectif
vont de plus accroître les injustices, rogner davantage encore les
augmentations générales, remettre en cause la grille indiciaire.
Le statut

Les attaques contre celui-ci, qui est avant tout une garantie pour tous les
citoyens, se multiplient. Rappelons que la loi dite « de mobilité » adoptée
en août 2009, va étendre la précarité de manière massive par le recours à
l’intérim et, crée la position de réorientation professionnelle, véritable
antichambre de plans de licenciements de fonctionnaires !
L’administration territoriale
En la matière, toutes les réformes actuellement en cours sont
conduites à la hache. Pour l’essentiel, elles ne visent qu’à remettre en cause
des missions essentielles, à concentrer les pouvoirs notamment auprès des
préfets de région, à permettre les suppressions d’emplois… Suppression de la
Taxe Professionnelle….
La mobilisation est indispensable.
Discutez, Syndiquez-vous !!!

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article