conseil municipal sept.2006

Publié le par Alternatifs06 pays de Grasse

Marcelle Monzeglio
conseillère municipale
septembre 2006



La lecture globale du PLU entraîne une question qui est centrale. Le PADD se veut être le cadre de tous les projets de la cité ; cette volonté d'un développement modéré, maîtrisé et équilibré, se veut présente particulièrement dans les domaines du logement et des activités économiques.

 

Je voudrais faire trois remarques :

 

1/ Les aménagements prévus dans le domaine des transports sont loin d'être à la hauteur des besoins : les déplacements à l'intérieur de la ville, aux entrées, à la périphérie sont déjà difficiles en l'état présent. Il n'apparaît pas dans ces projets que les nouveaux logements et services aient été conçus en cohérence avec des infrastructures de circulation adéquates ; aussi craignons-nous une forte saturation de la circulation, dans certains secteurs. Certes des essais et des enquêtes vont être menées par Sillages, mais il n’y a pas eu d’anticipation pour mener une politique incitant à laisser la voiture, démarche qui demande du temps. Les problèmes eux vont s’aggraver dès fin 2006 ou début 2007, à la livraison des logements à la Porte Neuve, sur la ZAC Roure, ainsi qu’à l’ouverture de nouveaux espaces commerciaux vers la RN 85 .

Quant au contournement de Grasse et à la circulation des poids lourds, le problème est rappelé, mais n'est visiblement pas considéré comme une priorité, et aucune solution ne sera apportée à court ou moyen terme.

 

2/ Mis à part le rappel général de la sauvegarde d'espaces verts, il n'y a pas de prise en compte de la dimension écologique du développement de Grasse, et nous regrettons l'absence d'une politique volontariste concernant l'énergie et la pollution (problèmes de la qualité de l’air et de la gestion des déchets).

 

3/ D'une manière générale, nous constatons qu'au delà d'affirmations générales et de bon sens, les projets concrets se mettant en place convergent vers une priorité de fait accordée au développement touristique. Ils sont privilégiés par rapport aux besoins de la plus grande partie de la population . Nous n'avons rien contre le tourisme, mais il ne saurait à lui seul définir un projet politique, permettre une mixité sociale satisfaisante dans les quartiers, prendre en compte la dimension écologique des projets.

Le projet Roquevignon que vous proposez en est une parfaite illustration. 

C’est pourquoi nous votons contre le PLU tel qu’il est conçu et présenté.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article